>   > 
Actu

Placer : c'est déplacé

image article

Oui mais...

C’est vrai qu’à force d’aller la chercher, la petite carte avec son nom calligraphié, on avait oublié qu’on pouvait faire autrement, et dire NON à ce jeu de 7 familles depuis toujours imposé.
Le placement libre gagne du terrain. Finis les « Et ils t’ont mis où, toi ? », susurrés par vos invités, déçus ou enchantés. Zappées, les soirées ambiance Quai d’Orsay, où, au bout du rouleau, on doit trouver la bonne formule pour dire à son chéri qu’on verrait bien ailleurs son cousin Xavier, ce gros lourdaud.
Terminées, les erreurs stratégiques, les histoires de familles jusqu’à la 7e génération… Oui, on vous le dit, la tendance a souvent du bon. Anticonformiste à souhait, le placement libre donne tout de suite un côté informel et rock and roll à votre réception. Qui se ressemble s’assemble, les groupes s’installent où bon leur semble… C’est quand même plus sympa, non ? Vrai, surtout quand on fait partie des proches de la ou du marié. Parce que, quand on est une vague connaissance, on a vite fait de se retrouver dans la peau de ceux qui n’étaient jamais choisis dans les équipes de basket au CE2.
Et puis, s’il évite le côté tradi, le placement en free style marche bien quand on ne dépasse pas les 70, allez, 80 invités. Au-delà, le début de votre réception aura tout l’air d’une partie de chaises musicales qui n’en finit pas de durer. Sans compter que ce vent de liberté auquel vos invités ne sont pas habitués, risque aussi de donner des ailes aux plus zélés, qui demanderont aux équipes de rajouter une chaise ici ou des couverts là… Pénible, oui. La solution ? Attribuer un nom de table qui va naturellement attirer des groupes en phase, mais sans rien imposer. Genre : l’« Amphi Descartes », pour vos anciens potes de fac, ou la « Powerpoint », qui ralliera les collègues de votre chéri… Ou encore, comme en Angleterre, désigner des chefs de table, officieux qui se chargeront de former des groupes. Sans oublier les oubliés.

NON...

Même si sa version cool fait de nombreux adeptes, les places à l’ancienne ont encore de beaux jours devant elles. C’est vrai qu’elles révéleront ce « je ne sais quoi, », chez vous, d’un peu dirigiste. Certes, l’ambiance sera sans doute plus orchestrée. Mais, au moins, vous aurez tenté de prévoir l’imprévisible, et aurez évité les grosses bourdes comme l’arrivée d’Héléna, votre bombe de copine, qui se dirigera naturellement vers la table des couples fraîchement mariés. Et puis, ce sera l’occasion pour vous de tenter de nouvelles expériences, en encourageant ceux que vous verriez bien ensemble à faire connaissance. Sans compter que c’est une manière comme une autre de montrer comme combien vous savez vous soucier de vos invités.

Un conseil ? Sauf si les familles s’apprécient depuis longtemps, laissez les tribus ensemble, et permettez-leur, le temps d’un soir, de reformer leur clan. Envie d’une dose de surprise quand même ? Testez des solutions innovantes et sortez des sentiers battus. L’imprévu sera mesuré, géré, apprivoisé. Et ça, c’est pas mal quand on a envie d’insuffler à sa réception un rien de liberté, sans que cela dégénère en carnaval. Oubliez les tables célibs, qui gênent tout le monde. Mixez les générations, et remisez au placard les vieilles catégories. Cela demande de la recherche, et un peu de finesse, mais, le résultat est surprenant : rassemblez, par exemple, ceux qui ont déménagé dans les deux dernières années, ceux qui ont des ados difficiles, ou qui ont perdu du poids grâce à un régime draconien…
Les langues se délient vite et l’ambiance se crée tout de suite quand on se retrouve avec de vrais points communs.

Vous avez aimé cet article ? partagez le !

Trouvez des faire-part dans votre région
Espace Pro
Visuel Magazine Marions-nous

Chez votre marchand de journaux

Télécharger gratuitement la version digitale de Marions-Nous !