> 
Actu

Le mariage religieux d’Albert et Charlène

Après le mariage civil de vendredi, le prince Albert II de Monaco a épousé religieusement la sud-africaine Charlène Wittstock. Une cérémonie en plein air, riche en émotions et en musiques.

Dès 15h30, les premiers invités arrivent au Palais princier. Ils seront 800 personnes à prendre place, installés en arc de cercle derrière les mariés, dans la cour d'honneur, transformée pour l’occasion en cathédrale à ciel ouvert. Mais pour arriver jusque là, ils auront foulé un tapis rouge, semblable aux red carpets empruntés par les stars lors des premières ou des grands évènements comme les Oscar, avec arrêt obligé devant les nombreux photographes accrédités. Ce tapis rouge sera ensuite signé par les mariés, découpé en morceaux, et vendu au profit d’œuvres caritatives parrainées par le couple princier.

 

Les membres de la famille de Monaco au grand complet, ont rejoint leurs invités aux environs de 16h30. Les princesses Caroline et Stéphanie sont venues avec leurs enfants, toutes deux étaient très élégantes, Caroline, en Chanel, et Stéphanie, en Jiki. Leurs enfants les accompagnaient : Louis, Pauline et Camille pour Stéphanie, Andréa, Charlotte, Pierre et Alexandra pour Caroline. Est ensuite venu le tour de Nicolas Sarkozy, qui en sa qualité de président français, selon le protocole, fermait le ban des invités.

Le prince Albert II fait son entrée, vêtu d’un costume de carabinier tout blanc. Charlène Wittstock remonte alors le tapis rouge, au bras de son père. La mariée porte une robe Armani dotée d’une traine longue de 20 mètres, mais ne porte aucun bijou. Seule une broche en diamant montée en tremblante, prêtée par la Princesse Caroline, retient son voile (une idée à lui piquer !). On peut alors admirer sa robe de mariée, en soie duchesse blanc cassé, avec des broderies en forme de fleurs, pendant que s’égrènent les lectures de la Bible, faites par les nièces d’Albert II, Pauline Ducruet et Charlotte Casiraghi.

 

Puis vient l’échange des consentements, pour la seconde fois en deux jours, Albert et Charlène se disent oui, et contrairement à la cérémonie civile, c'est le prince Albert qui dit oui en premier, suivi de Charlène. La Princesse Alexandra de Hanovre, dernière fille de Caroline de Monaco, apporte les anneaux, posés sur un coussin. Les époux procèdent à l’échange des alliances. Monte alors un chant sud-africain dans la cour d'honneur, en hommage à la mariée. C’est ensuite autour de la soprano américaine Renée Fleming de chanter après la prière universelle. La messe se termine en musique, avec le ténor italien Andrea Bocceli qui entonne l'Ave Maria de Schubert, après la communion et la bénédiction finale de l’Evêque de Monaco.

 

Les mariés se retirent dans la chapelle palatine pour signer les registres de mariage, accompagnés de leurs témoins, Chris Le Vine et Donatella Knecht de Massy.

 

Le couple rejoint ensuite sa voiture hybride décapotable, sous une pluie de pétales de roses lancés par les monégasques réunis sur la place du Palais. Ils sont suivis d’un cortège de petites filles d’honneur, vêtues du costume traditionnel monégasque.

 

C’est en voiture qu’ils parcourent enfin le kilomètre qui les sépare de la Chapelle Sainte Dévote, où la princesse Charlène de Monaco, doit déposer son bouquet de mariée, comme le veut la tradition monégasque. La princesse est alors submergée par l'émotion et laisse échapper quelques larmes pendant qu'une mère et sa fille chantent Couronnée d'Etoiles, un chant d'hommage à la Vierge. Elle dépose son bouquet sur l'autel de Sainte-Dévote.

Le couple princier retourne au Palais pour les séances de photos officielles, sous l’objectif du grand photographe Patrick Demarchelier. Les mariés poseront seuls, puis avec leurs témoins et enfin avec les chefs d'Etat.

 

Les mariés se sont ensuite changés. Le prince Albert a revêtu un uniforme de soirée, avec veste blanche et pantalon noir, et la princesse, une nouvelle robe Armani, faite de volants. Ils ont rejoint l’Opéra Garnier, lieu de la réception et du bal de mariage. Le dîner, orchestré par Alain Ducasse, a été suivi d’un splendide feu d’artifice et du bal.

Vous avez aimé cet article ? partagez le !

Espace Pro
Visuel Magazine Marions-nous

Chez votre marchand de journaux

Télécharger gratuitement la version digitale de Marions-Nous !