Mariages et cultes : décryptage

Vous êtes invités à un mariage religieux alors que vous avez été éduqués dans la plus pure tradition laïque ? Et vous n'avez pas la moindre idée de ce qui vous attend ? Petit guide pratique pour comprendre les rites des mariages juif, catholique et musulman.

Le mariage musulman 

 

Ses fondements ?

Le mariage dans l'islam est un contrat juridique (nikah) par lequel deux personnes vont librement échanger leur consentement, sous bénédiction divine. Signé par deux témoins, et conclu entre l'époux et le représentant légal de la future mariée, il est la condition religieuse cruciale de l'union.

Comment il se prépare ?

S'il n'y a pas de préparation au mariage à proprement parler, l'imam s'assure tout de même que les époux sont croyants « dans leur cœur ». Généralement, la démarche auprès de l'imam est effectuée par la famille des mariés.

Comment se déroule la cérémonie ?

Une fois le consentement de la fiancée recueilli, le contrat est conclu et le montant de la dot -obligatoire- négocié. Puis, a lieu la célébration du mariage par l'imam, au domicile de la fiancée ou à la mosquée devant famille et amis. La fête dure de trois à sept jours, selon les pays d'origine et les coutumes adoptées par les familles. L'union est consacrée par la lecture des deux versets du Coran. Vient ensuite le moment de l'échange des alliances et des consentements. Si les rites varient d'une localité à l'autre, chaque cérémonie s'articule généralement autour de ces cinq temps : l’échange des consentements, la pose du henné, les préparatifs de la fête, le jour et le lendemain des noces.

Quid de la polygamie ?

Même si elle reste théoriquement autorisée par l'islam -à condition de ne pas dépasser le nombre de quatre femmes certains penseurs musulmans modernistes affirment que le Coran privilégie la monogamie. De fait, la polygamie reste assez peu pratiquée, exceptée par quelques familles princières ou dans certaines régions d'Afrique.

Ne vous étonnez pas si ...

  • Le mariage se déroule un jeudi ou un vendredi, alors que vous avez davantage l'habitude des célébrations le dimanche ou le samedi.

  • Si vous voyez que femmes et hommes font salle à part pendant la fête.
  • Si la mariée arbore sept tenues différentes au cours de la même soirée.

 

Le mariage catholique

 

Ses fondements ?

 Aux yeux de l’Église catholique, le mariage est un véritable sacrement, qui suppose et impose d'accepter les principes de fidélité, d’union indissoluble, de s’engager en toute liberté, et de s'apprêter à accueillir des enfants, mais aussi de les baptiser et de les élever dans la foi chrétienne.Comment il se prépare ?

Avec une équipe liée aux prêtres des paroisses, dans le cadre de Centre de préparation au mariage, qui organise des sessions afin de faire partager aux jeunes fiancés leur expérience du mariage. Aspects psychologiques, spirituels, mais aussi financiers ou pratiques… Tous les sujets sont abordés, pour donner toutes les chances au mariage de durer pour l'éternité.

Comment se déroule la cérémonie ?

 Simple bénédiction nuptiale ou célébration d'une messe : un choix que les catholiques font en fonction de leur degré d'attachement à la religion et à ses traditions. Dans les deux cas, le prêtre accueille les personnes présentes, et les mariés font leur entrée sur fond de chants, de musiques ou d'orgue. Puis, vient le sacrement du mariage : dialogue initial, échange de consentements, bénédiction des alliances, prière des époux suivie de la prière universelle, action de grâce et communion, prière, bénédiction nuptiale, bénédiction finale. Enfin, les mariés signent leur registre avec leurs témoins, puis quittent l'église.

Et en cas de remariage ?

 Si l'union antérieure a eu lieu uniquement devant monsieur le maire, pas de problème, car aux yeux de l'Eglise, il n'y a pas eu de sacrement. En revanche, s'il y a eu mariage religieux, il est possible d'annuler l'union précédente, mais la procédure reste longue et les succès assez rares.

Ne vous étonnez pas si ...

  • D'adorables enfants vous présentent une ravissante corbeille où déposer un peu d'argent. Cette quête est destinée à la paroisse et à ses bonnes œuvres.
  • Si les mariés ne s'embrassent pas à la fin de la cérémonie.
  • Si vous êtes le seul à applaudir le prêtre après sa déclaration. La réserve est de mise à l'église.

 

Le mariage juif

Ses fondements ?

Le mariage est un acte extrêmement sacré dans le judaïsme, et les textes abondent en règles qui y sont relatives. Mais, c'est aussi une institution légale, où un contrat de mariage est établi, la kétouba, où il est essentiellement question des devoirs de l'époux envers son épouse. Comment il se prépare ? Suivre des cours de préparation au mariage est obligatoire pour toutes celles et ceux qui souhaitent passer sous la houppa. On y enseigne les lois qui régissent la vie intime du couple, on y donne des conseils sur la façon d'envisager sa nouvelle vie à deux, pour la réussir au mieux.

Comment se déroule la cérémonie ? 

Certains couples ont l'habitude de jeûner le jour de la cérémonie. Le fiancé entre le premier, accompagné de son père et de son futur beau-père et se place sous la houppa, le dais nuptial. Sa future femme le rejoint, voilée, tandis qu'il la recouvre de son talith, une écharpe de soie frangée, et récite des prières.

Dans certains rites, la mariée tourne sept fois autour de son futur époux.

Suivent la bénédiction nuptiale prononcée par le rabbin, la lecture de la kétouba, la remise de l'alliance par le fiancé à sa future épouse et les sept bénédictions récitées par ceux que les familles souhaitent honorer.

Quid des mariages mixtes ?

Ils sont interdits, pour une femme comme pour un homme, et rares sont les familles juives, même éloignées de toute pratique, qui ne sont pas affectées lorsqu'il se produit. La possibilité de se convertir au judaïsme reste toutefois une voie offerte à ceux qui souhaitent s'unir à un conjoint non juif de naissance.

Ne vous étonnez pas si ...

  • Vous entendez le bris d'un verre que l'on casse, suivi des clameurs et des « mazel tov » des invités. En brisant ce verre, les mariés se souviennent de la destruction du Temple d'Israël.
  • Si les mariés ne partent pas tout de suite en voyage de noces, car il est d'usage que les jeunes mariés soient fêtés par la famille et les amis la semaine qui suit la cérémonie.
  • Si les rabbins ou personnes visiblement pratiquantes ne serrent pas la main ou n'embrassent pas les personnes du sexe opposé.

Vous avez aimé cet article ? partagez le !

Trouvez des wedding planner dans votre région
Espace Pro
Visuel Magazine Marions-nous

Chez votre marchand de journaux

Télécharger gratuitement la version digitale de Marions-Nous !