Tout organiser à distance

Pour me marier, pas question de transiger : ce sera chez mes parents ! Sauf que ma famille habite à Bordeaux alors que je vis désormais à Paris avec mon chéri. Entre nos deux agendas de folie et mes innombrables envies, comment gérer ? Je respire un grand coup et j’applique quelques règles de base.
Succès garanti, c’est « le site du mariage» qui le dit. 

 

RÈGLE N° 1 : LISTER

C’est plus fort que moi, quand je sens la panique monter, j’ai besoin de lister pour me rassurer. Je commence par noter méthodiquement tout ce que je peux faire à distance : fixer la date du jour J, déterminer le nombre d’invités et l’ampleur de la fête, acheter les tenues, envoyer les faire-part... Puis, je convoque en douceur la première conférence au sommet avec Loulou pour sélectionner les personnes susceptibles de nous aider sur place.


 RÈGLE N° 2 : DÉLÉGUER... EN CONSERVANT LA MAÎTRISE DE LA SITUATION

Comment ça, Loulou s’en moque complètement ?
Mais, pas du tout. J’ai par exemple tenté de lui expliquer que j’allais confier à ma mère le choix de la salle et des traiteurs tandis que la sienne superviserait l’installation des bouquets de fleurs. Dès son premier froncement de sourcil, j’ai compris qu’il y avait un équilibre à respecter dans la répartition des tâches entre nos deux familles.
Nous sommes donc repartis à zéro et nous avons défini ensemble les compétences de chacun(e). Bien sûr, j’ai su rester ouverte et positive sur ma belle-famille ! Au final, ma mère prospecte auprès des salles, la sienne des traiteurs, son frère pré-sélectionne quelques photographes et ma sœur fait le tour des DJ. Son père s’occupe des vins, le mien visite les hébergements susceptibles de recevoir nos amis. Pour faciliter la tâche à notre dream team, j’ai très précisément défini mes attentes et même commencé un tour d’horizon sur Internet, voire dans certains cas, contacté quelques prestataires...C’est vrai, nous aurions pu nous contenter d’évoquer vaguement nos besoins en leur laissant une totale liberté. Mais, nous préférons rester maîtres des décisions. Je vais demander à recevoir les devis en direct et à engager les budgets, même si ce n’est pas toujours nous qui payons.

RÈGLE N°3 : PRÉVOIR UN POINT À MI- PARCOURS

Quelques mois avant le jour J, nous prévoyons de joindre l’utile à l’agréable en passant quelques jours en famille pour un point sur l’avancement des opérations. Nous allons en profiter pour déposer notre dossier en mairie, rencontrer le prêtre qui nous conseillera sur la préparation religieuse à Paris. A planifier aussi une escale chez le traiteur pour goûter le menu. Il faut absolument que je trouve une coiffeuse. Toutes mes copines qui ont tenté le coup me l’ont confirmé : arriver au dernier moment chez une inconnue avec la photo d’une coiffure élaborée par une spécialiste à plusieurs centaines de kilomètres, c’est risqué.

RÈGLE N°4 : RENFORCER MA PRÉSENCE SUR LA DERNIÈRE LIGNE DROITE

Quelques jours avant le mariage, je m’installe chez papa et maman pour régler les derniers détails : les dernières touches de la décoration, l’animation et le planning de la journée. Et avant que Loulou n’arrive, complètement paniqué ou survolté...en profiter pour me détendre un peu.

NOTRE CONSEIL

Des pros pour vous aider

Votre emploi du temps ne vous permet pas de tout gérer ?

Consultez un wedding planner. Une équipe de spécialistes s’occupe de tout sur place, en France et même à l’étranger. A La Rochelle comme aux Seychelles, ils gèrent pour vous démarches administratives, échange des anneaux, décoration, photographe...et bien sûr voyages et hébergements des invités.

Vous n’avez plus qu’à dire Oui. 

Vous avez aimé cet article ? partagez le !

Trouvez des wedding planner dans votre région
Espace Pro
Visuel Magazine Marions-nous

Chez votre marchand de journaux

Télécharger gratuitement la version digitale de Marions-Nous !